Si les quelques clics de ta souris t’ont mené jusqu’à ses pages et que tu aimes la culture sous toutes ses formes, sache que tu es le bienvenu sur Blog à part ! Littérature, cinéma, musique, sorties… n’hésite pas à prendre la parole ou à faire passer le mot. Et si tu veux savoir qui se cache derrière ces pages, tu pourras nous trouver à la Médiathèque José Cabanis, au 2ème étage, sur le pôle Intermezzo

Des romans à découvrir Des romans à découvrir

Découvrez chaque mois notre sélection de romans !

Fil des billets - Fil des commentaires

Subcategories

2012 dec 27

Nos coups de coeur de cette fin d'année !

L'annonce de la fin du monde ne nous a pas empêché de bouquiner ! Pas seulement pour éviter tout ce tapage, mais bien parce qu'il y a tant d'autres choses à découvrir et cette sélection n'y a pas coupée ! Des romans de tout genre, de tout style ont accompagné ces sombres journées et les ont égayées.... ou pas ! Car au-delà de certains titres qui nous ont emballés, d'autres nous ont franchement plombés. A vous de lire... et de juger !

La drôle de vie de Bibow Bradley - Axel CENDRES

bibow_bradley.jpgBibow Bradley grandit dans le bar d’un bled perdu des Etats-Unis (années 1950). Elevé au milieu des poivrots et de sa famille très « particulière », Bibow ne rêve que d’une chose : quitter ce trou, aller voir ailleurs. La guerre du Vietnam en sera l’occasion ; et accessoirement Bibow changera le cours de l’histoire… Car Bibow a une particularité : outre son surnom totalement crétin et son langage peu châtié, Bibow n’a peur de rien, ne craint rien, n’appréhende rien ! Un peu comme Forrest Gump en moins (beaucoup moins) poétique. Ce qui explique que son dépucelage ne l’émeut pas plus que ça, que la guerre le laisse de marbre, et que son passage chez le psy change totalement son existence. Il aurait du reprendre le bar familial ; il intégrera la CIA et sera un de leurs meilleurs agents…

C’est très drôle, particulièrement farfelu, mais rudement efficace. Ce roman repose sur une logique historique et humaine qui en fait presque une chronique de la société des années 60, entre racisme, guerre froide et mouvements hippies. Ce livre se lit d’une traite, on rit beaucoup, on s’interroge pas mal. Une fois passée la grossièreté des propos, on plonge avec délice dans le quotidien de Bibow, et de ses réflexions percutantes du genre « si certains font la guerre pour la paix, d’autres font la guerre pour la guerre. En ce qui me concernait, je voulais bien faire la guerre tant qu’on me fichait la paix »…
Cécile Soustelle - Bibliothèque Duranti

Le cirque des rêves - Erin Morgenstern

Le cirque des rêves est un roman de toute beauté : une trame complexe et originale, une très belle écriture qui touche les sens : des odeurs, des saveurs et des images superbes…

le_cirque_des_reves.jpgCélia et Marco sont deux illusionnistes (magiciens) engagés depuis leur enfance et malgré eux dans une compétition dont ils ignorent les tenants et les aboutissants. Ce « jeu » mystérieux et dangereux a comme toile de fond le cirque des rêves, un espace où la magie se camouffle en adresse, où le merveilleux apparaît tangible. Au fil des défis les deux adversaires vont se trouver fascinées l’un par l’autre et tomberont amoureux. Mais il doit y avoir un vainqueur et les deux jeunes gens découvrent petit à petit que le perdant y laissera la vie.

L'auteur attache une grande importance au temps : chaque passage est daté, l’auteur fait faire au lecteur des bonds de plusieurs années, des retours en arrières, construisant ainsi une trame tortueuse mais bien tenue. L’histoire prend son temps pour nous faire apparaître les différents protagonistes qui auront tous un rôle à jouer, son temps pour révéler les enjeux de ce défi. La question du magique est abordée avec beaucoup d’originalité et de finesse. Il est bien question de magie, de magiciens, mais le cadre du cirque ajoute une dimension esthétique et artistique à l’atmosphère fantastique. Le cirque est en lui-même un personnage à part entière du roman. Le lecteur, pris à parti, est invité à pénétrer sous les chapiteaux où se déroulent des scènes plus fascinantes les unes que les autres. L’écriture est si bien maîtrisée qu’on s’y croirait. Il y aurait encore beaucoup à dire sur ce roman et ça ne suffirait sûrement pas à en faire saisir toute la beauté…un vrai coup de cœur !!!
Sandra Campani – Saint-Cyprien

40 jours de nuit - Michelle Paver

Un très très bon roman ! Michelle Paver nous offre un excellent scénario sombre comme la nuit glaciale de l’Arctique et brillant comme les aurores boréales du même lieu.

40_jours_de_nuit.jpgEn 1937, Jack Miller s’engage dans une expédition a but scientifique pour le pôle nord. Débarqués sur une terre à la fois somptueuse et hostile, les hommes et les chiens se retrouvent vite confrontés à des forces qui les dépassent. L’angoisse à peine palpable au début, envahit peu à peu le quotidien de Jack. Il y a ces réflexions du capitaine du navire, ces marques sombres sur ce poteau, vestige d’une expédition, cette vieille cabane abandonnée qui dégage une aura terrifiante, et surtout, cette silhouette qui apparaît et disparaît dans la pénombre. Des 5 hommes du début du projet, seuls 3 ont débarqué à Gruhuken. Et bientôt, Jack se retrouve seul, par la force des choses. La réussite de l’expédition repose sur ses épaules. La fierté qu’il pourra en retirer l’aide à tenir, au début du moins, tout comme son admiration passionnée pour Gus, le chef de l’expédition. Mais la nature a beau être magnifique, les éléments se déchaînent et la folie guette cet homme seul dans la nuit sans fin.

Michelle Paver arrive à bâtir un récit terrifiant sans faire appel au moindre artifice du fantastique. C’est toute la force de son ouvrage : cette atmosphère qui se modifie, imperceptiblement, insidieusement, pour finalement passer de l’admiration à l’horreur du lieu. Seule l’imagination des hommes malmenée par les « échos » du passé, les récits, et la nature dans toute sa sauvagerie, est à l’origine de leurs peurs. Et on referme le livre en se demandant encore si Jack et Gus ont réellement vu ce qu’ils ont vu. On reste dans le doute et c’est une fin parfaite pour ce texte, ancré à la fois dans une réalité scientifique et une ambiance fascinante et troublante.
Cécile Soustelle – Duranti

Merci à mes collègues des bibliothèques de nous faire partager leur ressenti !

Blanche-neige et le Chasseur, le roman

Et voilà ! L'impact commercial du film a généré toute une succession de produits dérivés, à commencer par ce qui nous intéresse plus particulièrement sur ce blog, son roman ! Alors oui effectivement la jaquette est attractive, à l'image de l'affiche du film, mais pour avoir émis une critique mitigée ici je craignais que le résultat soit déplorable. Pourtant Noëlie, ma collègue de la bibliothèque Serveyrolle, a donné un avis comparatif assez intéressant....

BN_roman.JPGSans avoir vu le film : Facile à lire, avec pas mal d’actions, c’est un roman agréable. Le conte est revisité de façon assez intéressante : le Chasseur a une place prépondérante et une histoire tragique (sa femme à été tuée par Ravenna, ce qui l’a plongé dans l’alcool), William le prince charmant est assez effacé, Ravenna agit en duo avec son frère Finn et sont issue d’une communauté de bohémiens, Blanche-Neige montera seule sur le trône sans qu’un quelconque mari potentiel intervienne. J’attends toujours la version où Blanche-Neige est un homme de toute beauté et où il sera sauvé par une femme !

Après avoir vu le film : Clairement, le livre (pourtant tiré du scénario) est mieux que le film. Là où Ravenna se marie au roi Magnus en quelques jours, le livre fait durer leur histoire pendant plusieurs années où Ravenna feint d’aimer réellement sa nouvelle famille, ce qui la rend encore plus manipulatrice. D’autre part, il n’est pas mentionné dans le film que c’est sur les ordres du roi Magnus que le peuple de Ravenna a été décimé et que donc, il est presque légitime qu’elle veuille se venger. Enfin, le film présente les personnages de façon trop manichéenne.

Au final, le roman se détache totalement du conte originel sans pour autant lui apporter un souffle épique et contemporain. L'ensemble reste superficiel et l'annonce d'un deuxième volet au film ne m'attire pa splus que ça. me connaissant, je vais oublier l'info et m'en souvenir que quand je verrais l'affiche ! Bon ok, si Chris Hemsworth fait partie du cast peut-être, je dis bien peut-être que j'irais le voir :p !

2012 dec 8

Ho ! Oui Encore !!!

C'est ici que je vous avais parlé des fanfictions, de la passion pour l'écriture de leurs auteurs mais également du peu d'empathie à leur égard des auteurs originels.
Et pourtant, voici que dans la mouvance du buzz crée par la sortie du roman "50 shades of Grey", une autre fanfiction va se voir éditée d'ici février 2013 !

Partant toujours de l'histoire de Bella et Edward, notre couple guimauve de la fameuse saga Twilight (bah oui quoi faut avouer, les petits champs de fleurs et toussa moi ça me parle plus...) Christina Hobbs et Lauren Billings vont donc voir leur travail récompensé.

Futur 50 Shades(Photo : Christina Hobbs et Lauren Billings)

Inutile de revenir sur le propos, pour qu'il soit associé à 50 shades, on doit bien se douter que l'histoire va mettre en scène une jeune femme naïve et un jeune homme expérimenté dans tous les sens du terme ! A voir si le roman suivra les traces de son modèle...

Source : http://www.livreshebdo.fr/etranger/actualites/une-fanfiction-de-twilight-sur-la-trace-de-cinquante-nuances-de-grey/9554.aspx

2011 juin 7

Raison ou folie ?

HantiseEncore un énième roman sur la jeunesse dorée américaine avec tous ses codes et ses clichés : jeunes adolescentes sublimes aux jambes interminables et aux longs cheveux couleur de blé (digne d’une pub pour l’Oréal), brillantes, richissimes et populaires. De beaux mâles en adoration, un brin macho, de grosses cylindrés. Jalousies, trahisons, mensonges… Bref ! tout y est, mais pas que…

Jane se réveille à l’hôpital et ne se souvient de rien, ni de la grande fête à laquelle elle a participé, ni de son accident. Elle se réveille paralysée et amnésique. Que fait-elle ici ? A-t-elle voulu se suicider comme le pensent les médecins ou a-t-on essayé de la tuer ? Reçoit-elle réellement des menaces de mort ou n’est-ce que le fruit de son imagination, les séquelles de l’accident ? Tant de questions dont elle va essayer de trouver les réponses grâce aux témoignages de ses amis.

Voilà le sujet de ce roman de 400 pages : l’amnésie de Jane, ses souvenirs et en toile de fond sa jeunesse et son adolescente de jeune américaine populaire et adulée. L’intrigue fonctionne. La tension est à son comble. Le lecteur est pris dans les révélations qui ne sont dévoilés qu’au compte gouttes, au fur et à mesure des émergences des souvenirs de Jane. Un bon thriller, bien mené.

Hantise
Michelle Jaffe, Hachette jeunesse (Black moon), 2011

2011 juin 4

Du rire et des larmes

Un jourUn petit roman qui a le pouvoir en quelques mots de nous faire passer du rire aux larmes.

Félix, 10 ans, nous raconte son histoire. Evadé d’un pensionnat pour retrouver ses parents, il sauve d’une maison en feu une petite fille, Zelda. Tous les 2 vont cheminer dans une Pologne en guerre et connaître toutes les horreurs du régime nazi : vie dans un ghetto, rafle, déportation, clandestinité…

Morris Gleitzman aurait pu écrire un énième roman sur la deuxième guerre mondiale, mais grâce au personnage de Félix et à son imagination débordante qui lui permet de percevoir une autre réalité que celle de ce monde épouvantable, le roman insufle une vitalité et une émotion incroyable. Tout simplement bouleversant et magnifique.

Pour tous ! Les plus jeunes, les plus sensibles, les passionnés d'histoire et tous les autres !

Un jour
Morris Gleitzman, Les Grandes personnes, 2011'

- page 1 de 4