Encore sur scène jusqu'à demain, samedi 6 juin, Les Antigone interprété et mis en scène magistralement par le collectif belge : tg Stan au Théâtre Garonne

antigone_tg_stan
© Bernaded Dexters

Cinq comédiens sur scène confrontent deux versions de la pièce, l'Antigone de Cocteau (1922) et celle de Anouilh (1944).

Petit rappel bref de l'histoire : Dans leur quête du pouvoir, les deux frères d'Antigone se sont entretués. Leur oncle Créon accède au pouvoir et fait enterrer l'un mais interdit à quiconque de donner une sépulture à l'autre, coupable d'avoir levé une armée contre sa patrie. Antigone brave l'ordre royal et est condamnée à mort...S'ensuit une succession de morts (le fiancé, la mère du fiancé), une tragédie quoi ;)

Si la version de Cocteau présente une Antigone classique qui brave les Dieux, celle d'Anouilh est résolument plus politique et sociale avec une héroïne qui refuse toute compromission... (Ne pas oublier que la pièce d'Anouilh a été créée et jouée en pleine occupation allemande. )

Ce qui fait l'intérêt de ce spectacle, c'est la mise en scène avec le parti pris de la "destruction de l'illusion théâtrale".
Nous, spectateurs, sommes totalement partie prenante de la pièce qui se construit devant nous... Les acteurs investissent leurs personnages sous nos yeux (coulisses apparentes, changements de costumes à vue).

Et c'est surtout une intensité de jeu qui emporte tout sur son passage... et nous laisse pantelant ! On rit (beaucoup), on frissonne, on tremble, on est saisi par l'émotion....

on n'est pas "dans le drame" (où) "le bon jeune homme aurait peut-être pu arriver à temps avec les gendarmes", comme nous dit l'actrice interprétant le choeur/la nourrice dans le texte d'Anouilh... on est "(d)ans la tragédie on est tranquille. D'abord, on est entre soi. On est tous innocents en somme ! Ce n'est pas parce qu'il y en a un qui tue et l'autre qui est tué. C'est une question de distribution. Et puis, surtout, c'est reposant, la tragédie, parce qu'on sait qu'il n'y a plus d'espoir"
il ne reste plus qu'à vivre les émotions...

Mention spéciale pour Antigone interprétée par Natali Broods (j'avoue, je l'adore, depuis que je l'ai vu dans Qui a peur de Virginia Woolf, programmé en début de saison au théâtre Garonne)

Et s'il n'y a plus de place... rassurez vous, le tg Stan est régulièrement programmé au Garonne... Alors ouvrez l'oeil et le bon :)

par murièle, présente dans la salle le mercredi 3 juin