L'annonce de la fin du monde ne nous a pas empêché de bouquiner ! Pas seulement pour éviter tout ce tapage, mais bien parce qu'il y a tant d'autres choses à découvrir et cette sélection n'y a pas coupée ! Des romans de tout genre, de tout style ont accompagné ces sombres journées et les ont égayées.... ou pas ! Car au-delà de certains titres qui nous ont emballés, d'autres nous ont franchement plombés. A vous de lire... et de juger !

La drôle de vie de Bibow Bradley - Axel CENDRES

bibow_bradley.jpgBibow Bradley grandit dans le bar d’un bled perdu des Etats-Unis (années 1950). Elevé au milieu des poivrots et de sa famille très « particulière », Bibow ne rêve que d’une chose : quitter ce trou, aller voir ailleurs. La guerre du Vietnam en sera l’occasion ; et accessoirement Bibow changera le cours de l’histoire… Car Bibow a une particularité : outre son surnom totalement crétin et son langage peu châtié, Bibow n’a peur de rien, ne craint rien, n’appréhende rien ! Un peu comme Forrest Gump en moins (beaucoup moins) poétique. Ce qui explique que son dépucelage ne l’émeut pas plus que ça, que la guerre le laisse de marbre, et que son passage chez le psy change totalement son existence. Il aurait du reprendre le bar familial ; il intégrera la CIA et sera un de leurs meilleurs agents…

C’est très drôle, particulièrement farfelu, mais rudement efficace. Ce roman repose sur une logique historique et humaine qui en fait presque une chronique de la société des années 60, entre racisme, guerre froide et mouvements hippies. Ce livre se lit d’une traite, on rit beaucoup, on s’interroge pas mal. Une fois passée la grossièreté des propos, on plonge avec délice dans le quotidien de Bibow, et de ses réflexions percutantes du genre « si certains font la guerre pour la paix, d’autres font la guerre pour la guerre. En ce qui me concernait, je voulais bien faire la guerre tant qu’on me fichait la paix »…
Cécile Soustelle - Bibliothèque Duranti

Le cirque des rêves - Erin Morgenstern

Le cirque des rêves est un roman de toute beauté : une trame complexe et originale, une très belle écriture qui touche les sens : des odeurs, des saveurs et des images superbes…

le_cirque_des_reves.jpgCélia et Marco sont deux illusionnistes (magiciens) engagés depuis leur enfance et malgré eux dans une compétition dont ils ignorent les tenants et les aboutissants. Ce « jeu » mystérieux et dangereux a comme toile de fond le cirque des rêves, un espace où la magie se camouffle en adresse, où le merveilleux apparaît tangible. Au fil des défis les deux adversaires vont se trouver fascinées l’un par l’autre et tomberont amoureux. Mais il doit y avoir un vainqueur et les deux jeunes gens découvrent petit à petit que le perdant y laissera la vie.

L'auteur attache une grande importance au temps : chaque passage est daté, l’auteur fait faire au lecteur des bonds de plusieurs années, des retours en arrières, construisant ainsi une trame tortueuse mais bien tenue. L’histoire prend son temps pour nous faire apparaître les différents protagonistes qui auront tous un rôle à jouer, son temps pour révéler les enjeux de ce défi. La question du magique est abordée avec beaucoup d’originalité et de finesse. Il est bien question de magie, de magiciens, mais le cadre du cirque ajoute une dimension esthétique et artistique à l’atmosphère fantastique. Le cirque est en lui-même un personnage à part entière du roman. Le lecteur, pris à parti, est invité à pénétrer sous les chapiteaux où se déroulent des scènes plus fascinantes les unes que les autres. L’écriture est si bien maîtrisée qu’on s’y croirait. Il y aurait encore beaucoup à dire sur ce roman et ça ne suffirait sûrement pas à en faire saisir toute la beauté…un vrai coup de cœur !!!
Sandra Campani – Saint-Cyprien

40 jours de nuit - Michelle Paver

Un très très bon roman ! Michelle Paver nous offre un excellent scénario sombre comme la nuit glaciale de l’Arctique et brillant comme les aurores boréales du même lieu.

40_jours_de_nuit.jpgEn 1937, Jack Miller s’engage dans une expédition a but scientifique pour le pôle nord. Débarqués sur une terre à la fois somptueuse et hostile, les hommes et les chiens se retrouvent vite confrontés à des forces qui les dépassent. L’angoisse à peine palpable au début, envahit peu à peu le quotidien de Jack. Il y a ces réflexions du capitaine du navire, ces marques sombres sur ce poteau, vestige d’une expédition, cette vieille cabane abandonnée qui dégage une aura terrifiante, et surtout, cette silhouette qui apparaît et disparaît dans la pénombre. Des 5 hommes du début du projet, seuls 3 ont débarqué à Gruhuken. Et bientôt, Jack se retrouve seul, par la force des choses. La réussite de l’expédition repose sur ses épaules. La fierté qu’il pourra en retirer l’aide à tenir, au début du moins, tout comme son admiration passionnée pour Gus, le chef de l’expédition. Mais la nature a beau être magnifique, les éléments se déchaînent et la folie guette cet homme seul dans la nuit sans fin.

Michelle Paver arrive à bâtir un récit terrifiant sans faire appel au moindre artifice du fantastique. C’est toute la force de son ouvrage : cette atmosphère qui se modifie, imperceptiblement, insidieusement, pour finalement passer de l’admiration à l’horreur du lieu. Seule l’imagination des hommes malmenée par les « échos » du passé, les récits, et la nature dans toute sa sauvagerie, est à l’origine de leurs peurs. Et on referme le livre en se demandant encore si Jack et Gus ont réellement vu ce qu’ils ont vu. On reste dans le doute et c’est une fin parfaite pour ce texte, ancré à la fois dans une réalité scientifique et une ambiance fascinante et troublante.
Cécile Soustelle – Duranti

Merci à mes collègues des bibliothèques de nous faire partager leur ressenti !